Catégories
Le Chemin de Fer

Des embarcadères aux palais de la modernité

Les embarcadères

Au début du chemin de fer, les gares furent appelées « embarcadères », empruntant le vocabulaire de la batellerie. En 1840, Paris ne compte que trois embarcadères.
« Souvent, les ingénieurs des Ponts et Chaussées qui bâtirent les premières lignes ferrées avaient réalisé ou projeté des canaux dont les contraintes techniques sont, en bien des points, similaires à celles du rail. On notera également l’importance des emprunts du rail au monde de la batellerie dans les domaines du vocabulaire, de l’organisation de la circulation, de la signalisation… »

« L’emplacement de l’Embarcadère de la Compagnie du P.O. est également le plus proche possible de la gare du Canal dans une configuration en cul-de-sac. Les gares de Vouvray, Montlouis, La Riche  sont proches de la voie d’eau. »

Notes prises sur le blog : https://www.cc37.org/histoire-trains-a-tours/                           

Quand le chemin de fer fut solide sur ses rails, les gares sont devenues de magnifiques monuments, certains embarcadères ont été déplacés pour correspondre aux nouveaux besoins des villes en infrastructures pratiques, facilitant les déplacements des voyageurs. Tout au long du Second Empire, le chemin de fer se développe, faisant de l’ombre aux transports fluviaux. Le nom « embarcadère » fut remplacé par celui de « gare », qui était aussi employé en batellerie. Les canaux possédaient leurs gares.

Les gares, palais industriels

Architecture du verre et de l’acier, comme les Halles Baltar[1], le Palais de l’Industrie[2], les gares parisiennes et des grandes villes, construites comme des palais de la nouvelle industrie, reflétaient la nouveauté dans la société du Second Empire en plein bouleversements sociaux-économiques. Elles ont été comparées à des cathédrales des temps modernes mais elles ont surtout marqué la position de telles ou telles villes possédant, ou non, un accès rapide, facile à leur territoire.

Dans ce réaménagement du pays, la centralité parisienne s’est imposée doublement. Les horaires différents entre les villes selon leur position solaire, ont été gommés au profit de l’horaire parisien, la seule heure légale sur tous les frontons des gares. Le maillage du chemin de fer part de Paris. N’est-ce pas encore le cas dans certains trajets ferroviaires aujourd’hui ? Lors de la conquête du rail, la situation des gares en pleine ville eut des détracteurs, il a fallu prouver l’utilité du choix, démontrer que ces palais industriels avaient leur place dans le paysage urbain.

Aujourd’hui, en France, notre héritage situe la plupart des gares en ville, et cela est devenu synonyme de gain de temps par rapport à l’avion pour des voyages intérieurs.

Envie de voir à quoi ressemblaient les embarcadères ?

Avant la magnifique gare de Lyon parisienne, les voyageurs ont pris le train dans un embarcadère en planches de bois. Cet embarcadère est vite dépassé, une nouvelle gare sort de terre en 1855.

Une vidéo sur Youtube vous promènera au temps des embarcadères https://youtu.be/jx-RRyEXnhs


[1] Halles Baltard dont les premiers pavillons sont construits entre 1854 et 1858, les derniers pavillons construits en 1935. En 1969, les halles sont transférées à Rungis. Les Halles Baltard sont détruites entre 1970 et 1973. On peut voir un pavillon survivant à Nogent-sur-Marne.

[2] Le Palais de l’Industrie : construit sur les Champs-Elysées pour la première exposition universelle en 1855. Détruit sous la IIIè république. (Décrit dans le deuxième roman de la série)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.